Deux ans de galère

J’ai toujours été un élève moyen. J’ai redoublé une classe, j’atteignais péniblement la moyenne, je dormais en maths et je n’ai jamais rien compris à la physique.

Quand on m’a demandé ce que j’allais faire plus tard, j’ai choisi médecine. Sans trop réfléchir d’ailleurs. J’ai cherché un peu comment ça se passait, et j’ai appris qu’il y avait un concours que tout le monde décrivait comme très difficile, impossible, insurmontable, un carnage, une boucherie, des meurtres, des suicides, des dépressions nerveuses, du tranxen.

On m’a donc gentiment fait comprendre que j’avais pas trop trop le profil, que j’étais nul/la honte de la famille/de la ville/de la nation/de l’espèce humaine/un navet, mais j’ai décidé de tenter ma chance. De toute façon je n’avais pas d’autres idées.

J’ai fait ma première première année (P1) et je me suis rétamé comme une merde (ben oui, c’est pas un conte de fée).

J’ai fait ma deuxième première année (PAES) et j’ai réussi.

Passer de dix heures de boulot par mois à dix heures de boulot par jour fut un tantinet difficile. Mais au cours de ma première première année, je suis passé du stade « Je fais médecine par défaut » (donc si je loupe ben je ferais avocat/banquier/fleuriste) au stade « Je veux faire médecine » (donc si je loupe ben je ferais noyé/pendu/punk). Et c’est sûrement pour ça que j’ai réussi (bon, peut-être aussi parce que je j’avais des fiches dans la douche/le frigo/les toilettes/le paquet de clopes/mon Nesquick/mon portefeuille/le cendrier/mes préservatifs/ma trousse/la boite aux lettres/mon lit).

Donc lundi, je commence mon stage infirmier. Je vais voir des vrais gens malades, et pas des conneries de végétaux qui baisent (oui, en médecine, on étudie la reproduction des végétaux, c’est très beaucoup méga super).

Et j’ai pas mal hâte.

Bref, sur ce blog, je vais revenir sur ma P1, ma PAES (oui c’est la même chose mais un mec dans un bureau à La Défense à décidé que PAES c’était vachement plus classe quand même), et parler un peu de ma P2.

Amis néo-PAES, c’est toujours jouable, du courage!

Publicités
3 commentaires
  1. Embryon a dit:

    Tiens, c’est marrant comme nos parcours se ressemblent … J’ai aussi retapé une année au lycée, puis là je retape ma 1ère année de médecine et je ressens pas mal ce que tu décris dans ton article. Eh ben voilà, t’y es, et j’espère que j’y serai aussi dans dix mois : )

  2. Alais a dit:

    Ben moi j’ai meme l’impression d’etre aussi de Villemoche, aussi en PAES² (oui le puissance 2 c’est une maniere delicate de dire « booooordeeeeelllllllllllll »), aussi la honte du pauvre pseudomonas qui n’a rien fait aux proteines cytoplasmique plus ou moins obscures (mais plutot plus).
    En recherche de moral, égarée sur ton blog, j’ai hate de revenir (mais pas trop souvent non plus faut bosser ^^ ) et peut etre dans 10 mois, la blouse.

    PS : Alors est ce qu’elle nous va aussi bien qu’on en reve ?

  3. Ce qui est marrant, c’est qu’avant la P1 on le sait que c’est dur. Tout le monde nous le dit, nos parents, les conseillers d’orientation, les forum, les étudiants en médecine etc…
    Mais on ne s’en rend vraiment compte que quand on la vit !

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s